INFO corona­virus

Toutes les informations utiles et mises à jour sont à disposition sur cette page pour le canton du Valais ainsi que sur le site de l'Office fédéral de la santé publique.

Service de la santé publique
Office du médecin cantonal

Av. de la Gare 23
1950 Sion
Tél. 027 606 49 00
medecin-cantonal@admin.vs.ch
www.vs.ch/sante

Service de l'industrie,
du commerce et du travail

Toutes les informations utiles sur les demandes de RHT pour les entreprises sous : https://www.vs.ch/web/sict/rht-coronavirus
Les demandes doivent être adressées UNIQUEMENT par mail à : sict-rht-ac@admin.vs.ch

Service de l’économie, du tourisme et de l’innovation
Toutes les informations utiles sur les mesures de soutien en faveur des entreprises valaisannes (hors RHT) https://www.vs.ch/fr/web/seti 
Infoline 027 606 73 88
e-mail covid-seti@admin.vs.ch  

Renseignements concernant les mesures
En cas de doute, des renseignements peuvent être obtenus à l’adresse info.covid@ocvs.ch

Soutien psychologique
Cellule PsyCovid19

Bénévolat et entraide
Pour les professionnels de la santé : adrien.duc@admin.vs.ch ou alain.meier@admin.vs.ch
Pour les bénévoles avec une autre formation : www.suisseresponsable.ch

Pour les personnes en demande de soutien : www.benevoles-vs.ch, 027 324 95 37, info@benevoles-vs.ch

Voici comment nous protéger

News

Comment prendre soin de vous, de vos proches et du système de santé ?

  • Restez à la maison, en particulier si vous êtes âgé ou malade. Sauf si vous devez aller au travail et ne pouvez pas travailler à domicile; sauf si vous devez aller chez le médecin ou à la pharmacie ; sauf si vous devez faire les courses ou aider quelqu’un.  
  • Utilisez le téléphone pour prendre des nouvelles de vos proches et de vos amis. 
  • Évitez les déplacements inutiles et les activités à risque.
  • Si vous prenez brièvement l'air, faites le seul ou avec les personnes habitant avec vous.
     

 

 

Situation actuelle dans le canton du Valais

02.04.2020: le canton du Valais compte 1218 cas confirmés d’infection au coronavirus. Au total, le virus a provoqué la disparition de 40 personnes en Valais jusqu’à maintenant. Une vue d'ensemble sur la situation épidémiologique en Valais est disponible ici

 

Stratégie de lutte contre l’épidémie

Le Conseil fédéral a qualifié le 16 mars 2020 en fin de journée la situation de « situation extraordinaire » au niveau suisse en lien avec le coronavirus. Auparavant, le Conseil d’Etat avait décrété le 16 mars 2020 à midi l’état de situation extraordinaire, prenant à son tour des mesures complétant celles mises en place le 13 mars 2020 déjà. Les points ci-dessous constituent un résumé des principales mesures prises au niveau suisse et valaisan. Les détails des mesures et les explications sur l’ordonnance du Conseil fédéral sont disponibles sur le site de la Confédération, tout comme l'évolution de la situation épidémiologique.

Groupes à risque

Le Conseil fédéral et les autorités cantonales ont mis la protection des personnes particulièrement vulnérables et la prise en charge des cas sévères au cœur de son dispositif. Les tests de dépistage ne seront plus systématiquement effectués sur les personnes présentant des symptômes.

Quelles sont les personnes les plus à risque ?

  • Les personnes de 65 ans et plus
  • Les personnes de tout âge souffrant notamment d’une de ces maladies :
    • cancer ;
    • diabète ;
    • faiblesse immunitaire due à une maladie ou à une thérapie ;
    • hypertension artérielle ;
    • maladies cardio-vasculaires ;
    • maladies chroniques des voies respiratoires 

La Confédération a dressé une liste de recommandations spécifique pour ces groupes à risque. Afin de protéger au mieux ces personnes, de permettre aux services de santé de pouvoir gérer les cas sévères et de ralentir au mieux la propagation du virus, la stratégie prévoit actuellement que les malades qui ne nécessitent pas de prise en charge médicale ne sont en principe pas testés et restent à domicile volontairement en auto-isolement. Les contacts étroits d’un cas confirmé sont invités à rester à domicile en auto-quarantaine

AVEZ-VOUS UN PROBLÈME DE SANTÉ ?

  1. Limitez vos sorties au stricte nécessaire
  1. Suivez les consignes du Conseil fédéral :

Garder ses distances.

Éviter les poignées de main.

Toujours téléphoner avant d’aller chez le médecin ou aux urgences.

Se laver soigneusement les mains.

Tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude.

Rester à la maison dès maintenant.
Si vous avez de la toux, de la fièvre ou des problèmes respiratoires :
  1. Vérifiez si votre état de santé nécessite une consultation médicale à l’aide du site www.coronacheck.ch.
  1. Si une consultation médicale est requise :
    • Préparez la liste de vos médicaments
    • Contactez par téléphone votre médecin traitant, un médecin de votre région (search.ch) ou la Hotline.
  1. Le médecin vous indiquera quoi faire et, si nécessaire, où et à quelle heure vous rendre pour des investigations complémentaires. Suivez bien les instructions du médecin.
  1. Si vous devez vous rendre à une consultation, prenez avec vous :
    • La liste de vos médicaments
    • Votre carte d’assuré
    • Les informations transmises par votre médecin traitant.
  1. Rendez-vous au lieu indiqué si possible en voiture.
    Sur place vous serez dirigé par du personnel.
  1. Vous serez pris en charge par les médecins et l’équipe soignante qui vous donneront les consignes pour la suite.

Pour tout autre problème de santé :

 
  • Contactez par téléphone votre médecin traitant sans tarder. N'attendez pas que votre état de santé se détériore.
  • Informez votre médecin si vous avez de la toux et/ou de la fièvre, même si ce n'est pas le motif principal de votre appel.
  • Si vous prenez des médicaments, préparez la liste avant d'appeler le médecin afin de pouvoir l'en informer.
  • Si vous n'avez pas de médecin traitant, contactez par téléphone un autre médecin de premier recours de votre région (search.ch).

Fiches d'information

Rumantsch: PDF
shqip (albanais): PDF
اَلْعَرَبِيَّة (arabe): PDF
官話 / 官话 (mandarin): PDF
português (portugais): PDF
srpski jezik (serbe): PDF
español (espagnol): PDF
Türkiye (turc): PDF
தமிழ் (Tamoul): PDF
فارسی (Farsi): PDF
Kurmancî (Kurmanji): PDF
Af-Soomaali (Somalien): PDF
ትግርኛ (Tigrinais): PDF

Mesures

Manifestations publiques et privées, rassemblements, déplacements 

  • Les manifestations et rassemblements publics et privés sont interdits à l’intérieur et à l’extérieur.
  • Les activités et manifestations de groupes sportifs et culturels, tant de professionnels qu’amateurs, de toute nature et de toute catégorie, quel que soit le nombre de personnes présentes, sont interdites.
  • Les cinémas, théâtres, salles de concert, discothèques, bars, boîtes de nuit, salons de massage, domaines skiables, salles de sport, centres de fitness, centres de bien-être, piscines et bains thermaux, musées, médiathèques, centres de jeunesse, et autres lieux de divertissement, de culture et de sport sont fermés.
  • Les services de culte de toutes religions sont suspendus.
  • Les lieux de culte peuvent rester ouverts en respectant les normes d'hygiène accrues et la distance sociale.
  • Les funérailles doivent avoir lieu dans une forme strictement privée.
  • L'ensemble de la population est tenu de réduire les déplacements au minimum.
  • Les personnes en quarantaine doivent rester à leur domicile.
  • Il est fortement recommandé aux personnes âgées de 65 ans et plus et aux groupes définis comme vulnérables, et donc particulièrement exposés au risque de complications très graves de rester à leur domicile. Il est fortement conseillé:
    • de ne pas prendre en charge des enfants ;
    • de ne pas participer à des manifestations publiques ou privées ;
    • de ne pas utiliser les transports publics, sauf pour des besoins médicaux, professionnels ou pour l'achat de produits de première nécessité.
  • Les visites dans les établissements et institutions sanitaires et socio-sanitaires sont interdits, sauf exception justifiée. 
  • Il est fortement recommandé à la population de respecter les règles d'hygiène et de distance sociale dans les relations interpersonnelles.

Ecoles publiques et privées, lieux de formation 

  • Toutes les écoles publiques et privées de l’enseignement obligatoire et postobligatoire, les centres de formation professionnelle, les centres pour les cours interentreprises et tous les lieux de formation, ainsi que les unités d’accueil pour la petite enfance (crèches et UAPE) sont fermés. 
  • Les cours publics et privés en groupe et individuels (formation continue, perfectionnement professionnel, sport, musique, etc.) sont suspendus. Ne sont pas concernés par l’interdiction les formations internes d’entreprise absolument indispensables.
  • Des offres d’accueil dans le cadre de l’enseignement obligatoire et de la petite enfance doivent être garanties pour les cas de rigueur, par exemple en l’absence de solution de garde, lorsque les parents assument des tâches indispensables, plus particulièrement au niveau sanitaire et sécuritaire :
  • personnel de la santé selon la liste suivante : médecins, employés des hôpitaux, des EMS, des CMS ainsi que d’autres organisations de soins et d’aide à domicile, infirmières indépendantes, pharmaciens et employés des pharmacies, de l’Organisation cantonale valaisanne des secours (OCVS) et des services de sauvetage ;
    • personnel des instituts spécialisés et foyers d’éducation spécialisée ;
    • personnel actif dans les hébergements collectifs du domaine de l’asile ;
    • personnel de la sécurité (police, pompiers professionnels, armée, protection civile, prisons, ambulanciers) ; 
    • personnel en charge du service d’accueil à l’école ou en crèche/UAPE ; 
    • personnel en charge des tâches régaliennes indispensables ;
    • Des cas de rigueur sont réservés.

Activités commerciales et restauration 

  • Dès lundi 16 mars à 18h30, tous les établissements de restauration, y compris les restaurants, les pubs, les glaciers, les tea-rooms, les brasseries ouvertes occasionnellement, les bars (y compris ceux rattachés aux boulangeries, aux stations d'essence et aux gares, aux hôtels et aux campings) sont fermés au public, sous réserve des exceptions suivantes:
    • les services de livraison et de distribution de nourriture à domicile ;
    • les take-away au guichet avec la distance sociale ; 
    • les cantines sociales à but non lucratif, les cantines des hôpitaux et des maisons de soins, des EMS, dans le respect de normes d'hygiène accrues et de la distance sociale ;
    • les cantines d'entreprise non ouvertes au public, dans le respect de normes d'hygiène accrues et de la distance sociale ;
    • les restaurants rattachés aux installations de l'hôtel uniquement à l'usage des clients qui y séjournent, dans le respect de normes d'hygiène accrues et de la distance sociale ;
  • Dès lundi 16 mars à 18h30, tous les commerces, magasins et marchés doivent rester fermés au public, sous réserve des cas d’urgence et des exceptions suivantes:
    • magasins d'alimentation et de produits de première nécessité ainsi que des points de vente de produits médicaux et de soins de santé. Les commerces vendant des produits alimentaires ou de première nécessité et offrant en plus d’autres biens ou services peuvent rester ouverts à condition de n’offrir que les produits alimentaires ou de première nécessité ;
    • pharmacies, drogueries et opticiens ;
    • kiosques ;
    • stations-service (sauf partie cafés, bars) ;
    • Les normes d'hygiène et la distance sociale doivent être respectées.
  • En cas d’urgence, les commerces devant rester fermés peuvent toutefois accepter certains clients sur rendez-vous individuels. 
  • Toutes les activités liées aux services personnels (y compris les coiffeurs, barbiers, esthéticiennes, ongleries, tatoueurs) doivent rester fermées au public, y compris à domicile.
     
  • Les professionnels de la santé, dans le cadre de leur activité professionnelle, ne sont pas concernés par l’interdiction.
    • Les professionnels de la santé au sens de la loi fédérale du 30 septembre 2016 sur les professions de la santé (RS 811.21 ; LPSan), - à savoir les infirmiers, les physiothérapeutes, les ergothérapeutes, les sages-femmes, les diététiciens, les optométristes et les ostéopathes, ne sont certes pas soumis à l’interdiction et peuvent continuer à offrir leurs services professionnels. Toutefois, ils ne doivent fournir que les soins considérés comme urgents ou nécessaires pour le patient considéré et ce, uniquement dans le cadre de thérapies et traitements ayant été prescrits par un médecin ou alors médicalement indiqués (cf. art. 10a). Il s’agit d’éviter les contacts inutiles.
    • Les professionnels de la santé au sens du droit cantonal (cela diffère d’un canton à l’autre), à savoir en Valais les ambulanciers, droguistes, hygiénistes dentaires, logopédiste-orthophonistes, opticiens, pédicure-podologues ne sont pas soumis à l’interdiction et peuvent continuer à offrir leurs services professionnels. Toutefois, ils ne doivent fournir que les soins considérés comme urgents ou nécessaires pour le patient considéré et ce, uniquement dans le cadre de thérapies et traitements ayant été prescrits par un médecin ou alors médicalement indiqués (cf. art. 10a, al. 2). Il s’agit d’éviter les contacts inutiles.
  • Les unités d’accueil temporaires (UAT) des EMS sont fermées pour les patients provenant du domicile, sous réserve d’une autorisation du Service de la santé publique (ces places étant réservées pour les sorties d’hôpitaux).
  • Les cours d’auto-école sont interdits et les examens pour le permis de conduire suspendus.
  • Toutes les prestations de services de type commercial en lien avec le sport ou les loisirs sont interdites.
  • Les services postaux, bancaires, financiers et d'assurance, les secteurs de l'agriculture, de la transformation agroalimentaire et de l'industrie alimentaire, y compris les chaînes d'approvisionnement fournissant des biens et des services, restent ouverts. Les normes d'hygiène et la distance sociale doivent être respectées.
  • Toutes les autres activités de l'économie privée doivent être adaptées à la nouvelle situation. Les normes d'hygiène et la distance sociale doivent être respectées.
  • Les employeurs sont invités à chercher des solutions d’hébergements sur place pour leurs collaborateurs frontaliers.

 

Déchets

La Confédération a émis des recommandations concernant l’élimination des ordures ménagères dans la situation extraordinaire liée au coronavirus. Élaborées par l’OFEV, en collaboration avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), l’Office fédéral des routes (OFROU) et la SUVA, elles sont disponibles sur le site de l’OFEV.

Organisation au niveau cantonal

La problématique du coronavirus est gérée au niveau valaisan par le médecin cantonal, qui est en contact étroit avec l’Office fédéral de la santé publique.

Le médecin cantonal a mis en place un groupe de coordination. Il réunit l’Hôpital du Valais, l’Unité cantonale des maladies transmissibles et l’Organisation cantonale valaisanne des secours. Il bénéficie également de l’appui stratégique et logistique de l’Organe cantonal de conduite, qui dispose de toutes les compétences nécessaires pour la gestion d’événements extraordinaires.

Depuis le mois de janvier, les médecins et les centres hospitaliers du canton sont informés régulièrement par le médecin cantonal de la situation et des mesures à prendre en présence d’un cas suspect ou d’un cas confirmé. Les autorités sanitaires adaptent le dispositif de lutte en collaboration avec les hôpitaux, l’Organisation cantonale valaisanne des secours et l’Office fédéral de la santé publique.

Questions fréquemment posées

Des informations détaillées sur le coronavirus ainsi qu'une liste de réponses aux questions fréquemment posées est disponible sur le site Internet de l’Office fédéral de la santé publique.

L'ordonnance du Conseil fédéral sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus est consultable ici

Les réponses aux questions en lien avec les manifestations, les établissement et les mesures du Conseil fédéral sont disponibles ici

Recommandation du Conseil fédéral : restez à la maison, en particulier si vous êtes âgé ou malade. Sauf si vous devez aller au travail et ne pouvez pas travailler à domicile ; sauf si vous devez aller chez le médecin ou à la pharmacie ; sauf si vous devez faire les courses ou aider quelqu’un. Le 20 mars 2020, le Conseil fédéral a décidé d’interdire les rassemblements de plus de cinq personnes dans l’espace public, notamment sur les places publiques, sur les promenades et dans les parcs. Pour les rassemblements de cinq personnes ou moins, une distance mutuelle de deux mètres au minimum doit être respectée. La police peut verbaliser les personnes qui ne respectent pas ces dispositions. 

Les repas privés en petit comité ne sont pas interdits. Cependant, au vu de l’état critique de la situation, chacun doit réduire au maximum ses contacts sociaux. Nous en appelons à votre responsabilité individuelle : évitez toutes les activités sociales qui ne sont pas absolument nécessaires.
Dans tous les cas, respectez les règles d’hygiène et de conduite (garder ses distances).

Nous savons que la prise en charge des enfants dans la situation actuelle représente un défi. Il est cependant important qu’il n’y ait pas de grands groupes d’enfants dans les parcs ou ailleurs. Il est important que les parents ou d'autres adultes ne se réunissent pas. D'ailleurs, le Conseil fédéral a décidé d’interdire les rassemblements de plus de cinq personnes dans l’espace public, notamment sur les places publiques, sur les promenades et dans les parcs. Les personnes âgées ou vulnérables doivent éviter tout contact avec des enfants.
À chaque fois, respectez les règles d’hygiène et de conduite (garder ses distances).

Les visites dans les établissements et institutions sanitaires et sociales (hôpitaux, les cliniques, les maisons de retraites, les établissements médico-sociaux et les institutions pour personnes handicapées) sont interdits. Cette interdiction ne concerne pas les cas suivants:

  • parents rendant visite à leurs enfants ;
  • partenaire rendant visite a une femme qui accouche ;
  • proches rendant visite a une personne mourante.

Lors de ces visites, les mesures de prévention recommandées par la Confédération doivent être rigoureusement respectées. II est interdit aux patients et aux résidents de ces établissements de rendre visite à l'extérieur de l'établissement ou d'entreprendre une excursion.
 

Le canton du Valais suit de près les prescriptions de la Confédération et de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Au vu de la propagation du virus, les autorités fédérales ont adapté la stratégie de lutte contre l’épidémie. Le Conseil fédéral a mis la protection des personnes particulièrement vulnérables et la prise en charge des cas sévères au cœur de son dispositif. Les tests de dépistage ne seront plus systématiquement effectués sur les personnes présentant des symptômes. Afin de protéger au mieux les personnes particulièrement vulnérables, de permettre aux services de santé de pouvoir gérer les cas sévères et de ralentir au mieux la propagation du virus, la stratégie prévoit actuellement que les malades qui ne nécessitent pas de prise en charge médicale ne sont en principe pas testés et restent à domicile volontairement en auto-isolement. Les contacts étroits d’un cas confirmé sont invités à rester à domicile en auto-quarantaine. 

Avec l’avancée de l’épidémie, seuls les cas sévères seront hospitalisés, comme recommandé par l’Office fédéral de la santé publique. Si la situation devait empirer, une quarantaine de chambres peuvent être mises rapidement en mode d’isolement sur différents sites hospitaliers valaisans. Le plan pandémie prévoit également de libérer un étage complet d’un hôpital, si la situation le nécessite.

Pour une personne ou un petit groupe de personnes résidant en Valais, la quarantaine se fait au domicile de la personne. En cas de quarantaine d’importance, l’Etat du Valais dispose de lieux où héberger et prendre en charge les personnes pendant leur quarantaine. Il est important de prendre des mesures proportionnées pour protéger les patients, leur entourage, les professionnels de santé et la population, tout en permettant à la société de continuer à fonctionner.

L’Office fédéral de la santé publique a émis une série de recommandations à l’intention des milieux professionnels. Il s’agit autant de recommandations générales que de mesures de précaution à l’intention des personnes particulièrement vulnérables, qui se retrouvent au centre de la stratégie de gestion de l’épidémie. Les informations utiles concernant la réduction de l’horaire de travail (RHT) en lien avec le coronavirus sont disponibles sur la page internet du Service de l'industrie, du commerce et du travail

Les hôpitaux, institutions sanitaires et professionnels de la santé du canton disposent pour le moment d’un stock suffisant de masques. Le masque représente surtout une protection pour les professionnels de santé et, par conséquence, pour les patients qu’ils traitent. Il n’est pas recommandé à la population générale de porter un masque de protection.

NON, votre employeur peut seulement exiger de son employé/travailleur qu’il subisse un contrôle médical. Le/la médecin consulté.e (en principe le/la médecin traitant) est le/la seul.e à pouvoir décider des examens médicaux nécessaires. 

OUI, votre employeur peut exiger un certificat médical si l’employé/travailleur ne vient pas travailler de sa propre décision (après 3 jours d’absence). 

NON, votre employeur ne peut pas exiger de certificat médical, si l’employé/le travailleur reste chez lui pour protéger les autres employés/travailleurs sur le lieu de travail conformément aux instructions de son employeur (inaptitude au travail). Là l’employé/le travailleur n’a pas à prouver son absence du travail par certificat médical. 
 

NON, un médecin n’a pas d’obligation de par la loi d’établir de certificat médical. Toutefois, le patient qui a dûment consulté son médecin traitant est en droit d’attendre un certificat médical, cas échéant d’arrêt de travail. Il appartient au seul médecin consulté de juger le plus objectivement possible si l'état de santé de son patient est compatible avec la reprise de son activité professionnelle ou non. 

OUI, exceptionnellement, un médecin traitant qui connaît son patient et ses pathologies peut juger de façon limitée si la prétendue incapacité de travail existe avant qu’il examine le patient. La durée de la rétroactivité ne devrait pas excéder quelques jours voire tout au plus une semaine. 
Un certificat médical rétroactif doit dans tous les cas contenir les éléments suivants: 
1) date du début de l’incapacité de travail, 
2) date de l’établissement du certificat médical et
3) date du premier traitement ou de la première consultation. 

Les cabinets et les cliniques vétérinaires continuent d’assurer les soins aux animaux, tout en limitant leurs prestations aux soins strictement nécessaires et urgents. Même si les animaux domestiques ne jouent probablement aucun rôle dans la transmission de la maladie, les vétérinaires praticiens peuvent être exposés à la contagion par leurs contacts avec les propriétaires d’animaux. Les instructions de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) doivent être appliquées dans l’ensemble des cabinets et valent également pour la clientèle. Les détenteurs d’animaux sont tenus de préalablement s’annoncer par téléphone et, ne sont en principe admis qu’individuellement dans le cabinet comme dans la salle d’attente. L’approvisionnement médical des animaux de rente dans l’agriculture est aussi assuré.
Comme pour le personnel soignant et les autres professionnels dont l’activité est nécessaire au pays, il est indispensable qu’en toutes circonstances, les mesures de précaution soient aussi respectées lors des contacts avec les vétérinaires.

Mise en garde contre des courriels envoyés frauduleusement au nom de l’OFSP (https://www.melani.admin.ch)